ARGENTEUIL (95) : cimetière du centre

Visité en octobre 2009
mardi 30 mars 2021
par  Philippe Landru


Si Argenteuil est désormais la quatrième commune la plus peuplée du département, et la quatrième d’Île-de-France, elle eut un passé rural fait de vignes, d’asperges, de guinguettes et de canotage dont témoigne le vieux cimetière du centre


Curiosités


- Quelques œuvres d’art, dont certaines bien fatiguées...

- Louis Varenne (1853-1882), répétiteur a l’Ecole polytechnique, qui se présenta aux élections législatives de 1881 comme candidat radical, mourut noyé alors qu’il canotait avec son frère. Il repose dans ce cimetière.


Célébrités : les incontournables...


Aucune

Jenny Marx, fille de Karl et épouse de Charles Longuet (qui repose au Père Lachaise) mourut à Argenteuil et tout laisse à penser qu’elle y fut inhumée. Je suis en attente de savoir si sa tombe subsiste.


... mais aussi


- Le capitaine de frégate, astronome et météorologue Léon BRAULT (1839-1885)

- L’Occultiste Louis-Alphonse CAHAGNET (1809-1885), qui fonda la Société des étudiants swedenborgiens. Il s’est fait un nom dans le spiritisme, et a publié un nombre considérable d’ouvrages sur l’âme dans ses rapports avec l’univers par le somnambulisme et l’extase, sur le magnétisme, sur les révélations médicales, philosophiques et nécromantiques. Le buste en bronze qui ornait sa tombe a disparu.

- La famille d’architectes CORDONNIER : André (1885-1954), qui exposa au Salon des artistes français à partir de 1922, et ses fils Jacques (1915-2001) et Paul (1920-1977), tous deux élèves de Charles Lemaresquier, le premier ayant reçut le Premier Grand prix de Rome, le second... le deuxième second Grand Prix de Rome. On doit aux trois essentiellement des immeubles et des bâtiments publics à Argenteuil.

- L’Italien Rino Della Negra (1923-1944), footballeur du Red Star Olympique et soldat volontaire de l’armée française de libération (FTP-MOI / Groupe Manouchian proche du Parti communiste français) fut fusillé avec ses camarades de l’Affiche rouge. Son corps fut ultérieurement déposé dans ce cimetière.

- Jean-Louis DUGUAY (1812-1872) « inventeur du fiche-échalas ». Le fiche-échalas, dans la culture de la vigne, est un appareil qui se fixe au pied et qui sert à enfoncer les échalas, c’est à dire un bâton d’un mètre ou deux de long, que l’on fiche en terre pour soutenir un cep de vigne dans le sol (ce qui donna l’expression « grand échalas » pour désigner une personne à la fois mince et grande), histoire de rappeler au passage qu’Argenteuil fut la première commune viticole d’Île-de-France jusqu’à l’apparition du phylloxéra, puis l’urbanisation massive du XXe siècle. L’exemplaire du sieur Duguay est reproduit sur sa tombe !

- Pierre JOLY (1801- ?), qui créa en 1824 à Argenteuil un entreprise spécialisée dans les ouvrages métalliques qui réalisa de nombreux ouvrages : des marchés couverts, comme ceux de La Villette, seize marchés d’arrondissement à Paris dont celui de Saint-Honoré, mais également en province et en Guadeloupe ; de nombreux ponts pour les Chemins de fer ; des charpentes (dont celles des gares du Havre et de Saint Lazare) Sa notoriété et son expérience lui permirent de se voir confier la construction des Halles de Paris en 1853. La tombe familiale est naturellement en fonte.

- L’acteur Jean MARIÉ de l’ISLE (1871-1948), qui tourna pour le cinéma de 1908 à 1932 et fut également un comédien de théâtre. Il était issu d’une famille d’artistes dont le membre le plus connu fut sa tante Célestine, la célèbre cantatrice Célestine Galli-Marié. Il était en outre le neveu d’Edouard Colonne (qui avait épousé la sœur de Célestine).

-  L’acteur du Palais-Royal Raimond PÉRRÉE (1844-1906).

- Roland TOUTAIN (1905-1977) : acteur, cascadeur et auteur de chansons, il fut l’archétype de l’acteur « casse-cou », il incarna notamment Rouletabille dans Le Mystère de la chambre jaune et Le Parfum de la dame en noir de Marcel L’Herbier, et l’aviateur André Jurieux dans La Règle du jeu, de Jean Renoir. Il initia également Jean Marais à la cascade. Il tourna des années 20 aux années 50. Il adorait les paris fous en avion, tel que celui, en 1928, lors d’un meeting aérien à Hirson, où avec Maryse Hilsz, suspendus par les pieds sous la carlingue d’un avion, ils décrochèrent des fanions tendus par terre. En 1949, il fonda le « club des Casse-cou », réunissant les spécialistes du moment, dont Gil Delamare, autre cascadeur célèbre qui se tua en 1966 lors du tournage du film Le Saint prend l’affût. En 1951, à la suite d’un énième accident, Roland Toutain fut amputé d’une jambe et se retira des plateaux. Un homme debout sur un petit avion en bronze orne sa tombe.

- Le pionnier de l’aviation Louis-Emile TRAIN (1877-1939), qui installa son atelier à Issy-les-Moulineaux. Il participa aux toutes premières grandes manifestations sportives de l’aviation. C’est à l’occasion de l’une d’elle, la course aérienne Paris-Madrid de 1911 organisée par le Petit Parisien, qu’à bord de son monoplan, sur le terrain d’aviation d’Issy-les-Moulineaux, il s’abattit lourdement sur un groupe d’officiels ». Maurice Berteaux, ministre de la Guerre mourut sur le coup, un bras sectionné par l’hélice, tandis qu’Ernest Monis, président du conseil et Henri Deutsch de la Meurthe souffrirent de blessures diverses. Il fabriqua également des moteurs de motos.


Tombe Toutain : www.aerosteles.net


Commentaires

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?