Les maréchaux et amiraux de France (du Premier Empire à nos jours)

samedi 2 mai 2020
par  Philippe Landru

Cet article ne se propose pas de présenter tous les maréchaux de France depuis Philippe Auguste : il se contente de dresser la liste exhaustive de tous ceux qui obtinrent leur « bâton de maréchal » depuis la fin de l’Ancien Régime (la Convention avait supprimé le maréchalat, remis en service avec le succès que l’on sait par Napoléon Ier). J’ai finit par faire cette liste car elle me semblait cohérente, ayant visité la dernière demeure de la quasi-totalité d’entre eux. Sur les 72 maréchaux de France post-Ancien Régime, 26 reposent aux Invalides (crypte des Gouverneurs de la cathédrale Saint-Louis ou église du Dôme et 17 reposent au Père Lachaise, deux lieux d’inhumation privilégiés qui n’excluent pas d’autres sépultures dans toute la France mais aussi 5 à l’étranger (Cracovie, Saint-Pétersbourg, Madrid, Calabre et Stockholm).

Je sais que Marie-Christine Penin prépare pour son site un article de fond sur les maréchaux de France, comprenant également tous ceux de l’Ancien Régime, ce qui n’est pas une mince affaire dans la mesure où les sources sont beaucoup moins nombreuses pour ces derniers.

J’ai ajouté à cette liste celle des amiraux de France, équivalent dans la Marine, beaucoup moins nombreux et dignité éteinte en 1869.


Les maréchaux de France de 1804 à nos jours


Le maréchal de France est, depuis la suppression de la dignité de connétable de France en 1627, la plus haute distinction militaire française. Le titre de maréchal de France ou d’amiral de France — son équivalent pour la Marine —, constitue une dignité dans l’État. Depuis la mort du maréchal Juin en 1967, la France ne compte aucun maréchal de France vivant.
Depuis la création du titre, en 1185, il y a eu 342 maréchaux de France. L’office de maréchal n’est devenu militaire qu’au début du XIIIe siècle.
Le premier maréchal de France fut Albéric Clément, nommé par Philippe Auguste en 1190. Le dernier en date à avoir été élevé à cette dignité est Marie-Pierre Kœnig en 1984, à titre posthume.

Sous la Troisième République, la fonction étant perçue comme trop liée à l’Empire, aucun maréchal de France n’est créé avant la Grande Guerre. Le dernier maréchal, Canrobert, meurt en 1895.

La loi du 27 mars 1929 disposait que les maréchaux ainsi que les généraux ayant commandé pendant la Première Guerre mondiale pouvaient être inhumés à l’hôtel des Invalides.

Vingt-six maréchaux sous Napoléon Ier, de 1804 à 1815

- Louis-Alexandre Berthier, duc de Valangin, prince de Neuchâtel et prince de Wagram, (1753-1815), maréchal d’Empire en 1804.
- Joachim Murat, prince d’Empire, grand-duc de Clèves et de Berg, roi de Naples sous le nom de Joachim-Napoléon en 1808 (1767-1815), maréchal d’Empire en 1804 : inhumé en l’église Mère de San Giorgio à Pizzo Calabro (Italie).
- Bon-Adrien Jannot de Moncey, duc de Conégliano (1754-1842), maréchal d’Empire en 1804.
- Jean-Baptiste comte Jourdan (1762-1833), maréchal d’Empire en 1804.
- André Masséna, duc de Rivoli, prince d’Essling (1758-1817), maréchal d’Empire en 1804.
- Pierre Augereau, duc de Castiglione (1757-1816), maréchal d’Empire en 1804.
- Jean-Baptiste Bernadotte, prince de Pontecorvo, roi de Suède sous le nom de Charles XIV et roi de Norvège en 1818 (1763-1844), maréchal d’Empire en 1804 : inhumé en l’église de Riddarholmen de Stockholm (Suède).
- Guillaume Brune (1763-1815), maréchal d’Empire en 1804.
- Jean-de-Dieu Soult, duc de Dalmatie (1769-1851), maréchal d’Empire en 1804, maréchal général des camps et armées du roi en 1847.
- Jean Lannes, duc de Montebello (1769-1809), maréchal d’Empire en 1804.
- Édouard Mortier, duc de Trévise (1768-1835), maréchal d’Empire en 1804.
- Michel Ney, duc d’Elchingen, prince de La Moskowa (1769-1815), maréchal d’Empire en 1804.
- Louis Nicolas Davout, duc d’Auerstaedt, prince d’Eckmühl (1770-1823), maréchal d’Empire en 1804.
- Jean-Baptiste Bessières, duc d’Istrie (1768-1813), maréchal d’Empire en 1804.
- François Christophe Kellermann, duc de Valmy (1735-1820), maréchal d’Empire en 1804
- François Joseph Lefebvre, duc de Dantzig (1755-1820), maréchal d’Empire en 1804.
- Catherine-Dominique de Pérignon, marquis de Pérignon (1754-1818), maréchal de France en 1804
- Jean Mathieu Philibert comte Sérurier (1742-1819), maréchal d’Empire en 1804.
- Claude-Victor Perrin, dit « Victor », duc de Bellune (1764-1841), maréchal d’Empire en 1807
- Étienne Macdonald, duc de Tarente (1765-1840), maréchal d’Empire en 1809
- Nicolas Charles Oudinot, duc de Reggio (1767-1847), maréchal de France en 1809.
- Auguste-Frédéric-Louis Viesse de Marmont, duc de Raguse (1774-1852), maréchal d’Empire en 1809 : inhumé au cimetière de l’église Saint-Vorles de Châtillon-sur-Seine (21).
- Louis-Gabriel Suchet, duc d’Albufera (1770-1826), maréchal d’Empire en 1811.
- Laurent de Gouvion-Saint-Cyr, marquis de Gouvion-Saint-Cyr (1764-1830), maréchal d’Empire en 1812.
- Joseph-Antoine Poniatowski, prince Poniatowski (1763-1813), maréchal d’Empire en 1813 : inhumé au panthéon national du Wawel de Cracovie (Pologne).
- Emmanuel de Grouchy, marquis de Grouchy (1766-1847), maréchal d’Empire en 1815

Huit maréchaux créés par Louis XVIII, entre 1814 à 1823

- Georges Cadoudal (1771-1804) (à titre posthume) en 1814.
- Jean Victor Marie Moreau (1763-1813) (à titre posthume) en 1814 : inhumé dans la crypte de l’église Sainte-Catherine de Saint-Pétersbourg, son cœur se trouve au cimetière de la Chartreuse de Bordeaux (33).
- François Henri de Franquetot, duc de Coigny (1737-1821) en 1816
- Henri-Jacques-Guillaume Clarke, duc de Feltre (1765-1818) en 1816 : inhumé au cimetière de Neuwiller-lès-Saverne (67).
- Pierre Riel, marquis de Beurnonville (1752-1821) en 1816
- Charles du Houx, baron de Vioménil (1734-1827) en 1816
- Jacques Law, marquis de Lauriston (1768-1828) en 1823
- Gabriel Molitor (1770-1849) en 1823

Trois maréchaux créés par Charles X, entre 1827 et 1830

- Louis Aloÿs de Hohenlohe-Waldenbourg-Bartenstein (1765-1829), maréchal de France en 1827
- Nicolas-Joseph Maison (1771-1840), maréchal de France en 1829
- Louis de Ghaisne, comte de Bourmont (1773-1846), maréchal de France en 1830 : inhumé en la chapelle du château de Bourmont de Freigné (49).

Dix maréchaux sous Louis-Philippe Ier, de 1830 à 1848

- Étienne Maurice, comte Gérard (1773-1852), maréchal de France en 1830
- Bertrand Clauzel (1772-1842), maréchal de France en 1831 : inhumé au cimetière du Sautadou de Mirepoix (09).
- Emmanuel, marquis de Grouchy (1766-1847), maréchal de France en 1831 (titre rendu)
- Georges Mouton, comte de Lobau (1770-1838), maréchal de France en 1831
- Sylvain Charles, comte Valée (1773-1846), maréchal de France en 1837
- François Horace Sébastiani (1772-1851), maréchal de France en 1840
- Jean-Baptiste, comte Drouet d’Erlon (1765-1844), maréchal de France en 1843
- Thomas Bugeaud, marquis de la Piconnerie, duc d’Isly (1784-1849), maréchal de France en 1843
- Honoré, comte Reille (1775-1860), maréchal de France en 1847
- Guillaume Dode, vicomte de la Brunerie (1775-1851), maréchal de France en 1847

Sept maréchaux sous Louis-Napoléon Bonaparte, président de la République de 1848 à 1852

- Jérôme Bonaparte, ancien roi de Westphalie (1784-1860), maréchal de France en 1850
- Rémy Joseph Isidore, comte Exelmans (1775-1852), maréchal de France en 1851
- Jean Isidore, comte Harispe (1768-1855), maréchal de France en 1851 : inhumé au cimetière de Lacarre (64).
- Jean-Baptiste Philibert Vaillant (1790-1872), maréchal de France en 1851 : inhumé au cimetière des Péjoces de Dijon (21).
- Achille Armand Jacques Le Roy de Saint-Arnaud (1798-1854), maréchal de France en 1852
- Bernard Pierre Magnan (1791-1865), maréchal de France en 1852
- Esprit Victor Boniface, marquis de Castellane (1788-1862), maréchal de France à partir du 2 décembre 1852

Douze maréchaux sous Napoléon III empereur, de 1852 à 1870

- Achille, comte Baraguey d’Hilliers (1795-1878), maréchal de France en 1854
- Aimable Pélissier, duc de Malakoff (1794-1864), maréchal de France en 1855
- Jacques Louis César, comte Randon (1795-1871), maréchal de France en 1856 : inhumé dans sa chapelle privée à Saint-Ismier (38).
- François Certain de Canrobert (1809-1895), maréchal de France en 1856
- Pierre Joseph François Bosquet (1810-1861), maréchal de France en 1856
- Patrice, comte de Mac Mahon, duc de Magenta (1808-1893), maréchal de France en 1859
- Auguste Michel Étienne, comte Regnault de Saint-Jean-d’Angély (1794-1870), maréchal de France en 1859
- Adolphe Niel (1802-1869), maréchal de France en 1859
- Philippe Antoine, comte d’Ornano (1784-1863), maréchal de France en 1861
- Élie Frédéric Forey (1804-1872), maréchal de France en 1863
- François Achille Bazaine (1811-1888), maréchal de France en 1864 : inhumé au cimetière San Justo de Madrid (Espagne).
- Edmond Le Bœuf (1809-1888), maréchal de France en 1870 : inhumé dans la chapelle du château de Moncel à Bailleul (61).

Trois maréchaux sous Raymond Poincaré, de 1913 à 1920

- Joseph Joffre (1852-1931), maréchal de France en 1916
- Ferdinand Foch (1851-1929), maréchal de France en 1918
- Philippe Pétain (1856-1951), maréchal de France en 1918

Cinq maréchaux sous Alexandre Millerand, de 1920 à 1924

- Joseph Gallieni (1849-1916), maréchal de France en 1921 (à titre posthume).
- Hubert Lyautey (1854-1934), maréchal de France en 1921.
- Louis Franchet d’Espèrey (1856-1942), maréchal de France en 1921, également nommé Voïvode de Yougoslavie à titre honorifique.
- Émile Fayolle (1852-1928), maréchal de France en 1921.
- Michel Maunoury (1847-1923), maréchal de France en 1923 (à titre posthume).

Trois maréchaux sous Vincent Auriol, de 1947 à 1954

- Jean de Lattre de Tassigny (1889-1952), maréchal de France le 15 janvier 1952 (à titre posthume, quatre jours après sa mort)
- Alphonse Juin (1888-1967), maréchal de France le 7 mai 1952
- Philippe Leclerc de Hauteclocque (1902-1947), maréchal de France le 23 août 1952 (à titre posthume)

Un maréchal sous François Mitterrand, de 1981 à 1995

- Marie-Pierre Kœnig (1898-1970), maréchal de France en 1984 (à titre posthume)


Les amiraux de France de 1805 à nos jours


La dignité d’amiral de France (ou de grand amiral de France) récompense en France des services militaires exceptionnels pour des amiraux de la Marine. Elle est l’équivalent pour les marins de celle de maréchal de France pour l’armée de Terre. Elle fut créée en 1270 par Louis IX, au cours de la VIIIe croisade. Elle fut supprimée et rétablie à plusieurs reprises. Le dernier amiral de France nommé fut François Thomas Tréhouart (1798-1873), le 20 février 1869 [1].

- Joachim Murat (1805-1814) : inhumé en l’église Mère de San Giorgio à Pizzo Calabro (Italie).
- Louis-Antoine d’Artois, duc d’Angoulême (1814-1830)
- Victor Duperré (1830)
- Laurent Truguet (1831)
- Albin-Reine Roussin (1840)
- Ange-René-Armand de Mackau (1847) : inhumé en Normandie, sans doute au cimetière de Guerquesalles (61)
- Charles Baudin (1854)
- Ferdinand Hamelin (1854)
- Alexandre Ferdinand Parseval-Deschenes (1854)
- Armand Joseph Bruat (1855)
- Joseph Romain-Desfossés (1860)
- Charles Rigault de Genouilly (1864)
- Léonard Victor Charner (1864)
- François Thomas Tréhouart (1869)


[1Un titre à consonance similaire fut donné à l’amiral Darlan, sous le nom d’amiral de la flotte. Si l’appellation est peu orthodoxe, elle n’a apparemment jamais connu de sanction officielle : distinction créée en 1939 pour lui, cette appellation n’était pas une dignité, ni un grade, et ne correspondait pas à celle d’amiral de France, mais elle était plutôt une fonction créée ad personam pour donner au chef de l’une des marines les plus puissantes au monde un rang d’importance sur la scène nationale et internationale, à la veille de la Deuxième Guerre mondiale, et ainsi lui permettre de parler d’égal à égal avec notamment l’admiral of the Fleet britannique.


Commentaires

Logo de cp
Les maréchaux et amiraux de France (du Premier Empire à nos jours)
samedi 2 mai 2020 à 18h08 - par  cp

Pour les même raisons que celles satisfaisant à la vanité de Darlan, dans le même esprit, celui de « peser » aussi lourds que les généraux britanniques, et autres, on a « inventé » les généraux quatre et cinq étoiles en 1939 ! Le prurit stellaire des officiers généraux n’étant pas assouvi à seulement trois étoiles au plus, ils se sentaient amoindris. Ainsi, subtilité, un général de division est en fait élevé « aux rang et appellation » de corps d’armée, puis d’armée, et non « nommé »... Que d’énergie dépensée dans toutes ces susceptibilités, alors qu’il y avait le feu à la boutique !..

Navigation

Articles de la rubrique

  • Les maréchaux et amiraux de France (du Premier Empire à nos jours)