LIANCOURT (60) : ferme de la Montagne et cimetière

visité en mars 2013
lundi 27 décembre 2021
par  Philippe Landru

JPEG - 17.7 ko
Ferme de la Montagne de Liancourt

Destination insolite à Liancourt : celle de la ferme de la Montagne. Contre l’un des corps de bâtiment se dresse un cénotaphe : celui de François XII de la ROCHEFOUCAULD-LIANCOURT (1747-1827). Septième duc de La Rochefoucauld, il commença une carrière militaire et devint brigadier de dragons. Il visita l’Angleterre, et vint mettre en pratique dans sa terre de Liancourt les améliorations industrielles et agricoles qu’il avait observées dans ses voyages. Épris de progrès technique, il fonda la ferme modèle de Liancourt en 1769 (cette ferme de la Montagne contre laquelle se trouve le cénotaphe),

la Caisse d’Épargne et de Prévoyance de Paris (première caisse d’épargne en France) en 1818.

Lorsque les États généraux furent convoqués, il fut élu en mars 1789, député de la noblesse par le bailliage de Clermont-en-Beauvaisis. Défenseur dans l’Assemblée de la monarchie constitutionnelle, il essaya de concilier les idées nouvelles avec l’Ancien Régime. Grand’maître de la Garde-Robe du Roi, charge héritée de son père, il en remplit les fonctions dans les dernières années de Louis XV, et les continua pendant le règne de Louis XVI. Tout le monde connaît l’anecdote du dialogue avec le roi, réveillé par le duc le 14 juillet 1789 pour lui annoncer les événements parisiens :

- Mais c’est donc une révolte ?
- Non sire, c’est une révolution

Il fut Président de l’Assemblée constituante de 18 juillet 1789 à 2 août 1789. Emigré en Angleterre de 1792 à 1794, il entama en 1795 avec cinq compagnons un voyage qui couvrit une grande partie des États du Nord et du Canada. Des États-Unis, il revint en Europe vers la fin de l’année 1798, puis voyagea en Hollande, dans le nord de l’Allemagne et au Danemark. Il rentra en France en novembre 1799, et vécut dans la retraite, s’occupant seulement d’œuvres de bienfaisance. Il récupéra son château de Liancourt où, dès l’année 1780, il avait fondé une vaste école dans laquelle 25 fils de soldats recevaient l’entretien et l’éducation nécessaires pour devenir dans l’armée de bons ouvriers ou des sous-officiers instruits. Le gouvernement accordait une solde de 7 sous par jour pour la nourriture de chacun des élèves ; tout le reste était à la charge du fondateur. Telle a été l’origine de la célèbre école des Arts et Métiers qui, après avoir doublé la richesse et la population du village de Liancourt, fut transférée successivement à Compiègne et à Châlons-sur-Marne, toujours dirigée par le duc de la Rochefoucauld, sous le titre d’inspecteur général du Conservatoire national des arts et métiers. En 1800, il fut le premier à importer en France la vaccination servant à prévenir de la variole ; procédé mis au point par l’anglais Edward Jenner.

Fait Pair de France par Louis XVIII, il exerça sous la Restauration plusieurs fonctions publiques à titre gratuit, défendit l’abolition de la Traite des Noirs, et l’interdiction des jeux et loteries. Il fonda le 15 novembre 1818, la Caisse d’Épargne et de Prévoyance de Paris, première caisse d’épargne de France. Il fut admis à l’académie des Sciences, et on a de lui un très grand nombre d’écrits sur l’agronomie, l’abolition de la peine de mort, la politique, les finances et fiscalité, la géographie, la sociologie.

Ses funérailles furent marquées par des incidents. Les élèves de l’École des Arts et Métiers s’étant rendus en foule à l’église et ayant voulu porter son cercueil sur leurs épaules, furent chargés dans la rue Saint-Honoré par la gendarmerie ; le cercueil tomba dans la boue et se brisa, laissant apparaître le corps. Les insignes de la pairie qui le décoraient, furent foulés aux pieds. On réclama vainement une enquête : l’affaire fut étouffée par le ministère.

Suivant ses dernières volontés, le duc de La Rochefoucauld fut enterré à Liancourt.

Aujourd’hui son premier monument funéraire a été remonté à l’entrée de la cour de la ferme de Liancourt, propriété de le Fondation Arts et Métiers. Sous une arcade se trouve son buste, par Hippolyte Maindron.
.
Son corps fut transféré dans un monument funéraire familial au cimetière de Liancourt. Dans ce tombeau repose également son petit-fils, François de la Rochefoucauld-Liancourt (1794-1874).


Commentaires

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?