FOLLES (87) : cimetière

visité en août 2021
vendredi 3 septembre 2021
par  Philippe Landru

Bien que pas très grand, le cimetière de Folles possède plusieurs chapelles ornées de vitraux, attestant d’une tradition de verriers locaux que l’on retrouve d’ailleurs dans d’autres cimetières du département. Ces beaux vitraux reproduisent les traits des défunts, le plus souvent des soldats tués lors de la Première Guerre mondiale. Certains ne sont malheureusement plus en bon état.

C’est dans ce cimetière que repose Adrien TIXIER (1893-1946). professeur dans l’enseignement technique, amputé du bras gauche au début de la Première Guerre mondiale, il joua un grand rôle dès 1917 dans la reconnaissance des mutilés de guerre.

Militant à la SFIO, il protesta contre la demande d’armistice en 1940, et rejoignit la Résistance. Le général de Gaulle le chargea en novembre 1941 de représenter la France libre à Washington, où il se fit apprécier par l’administration Roosevelt. Il occupa au sein du Comité français de la Libération nationale d’Alger le poste de commissaire au Travail et à la Prévoyance sociale du 7 juin au 9 novembre 1943 puis aux Affaires sociales du 9 novembre 1943 au 9 septembre 1944. Il devint ainsi le premier ministre des affaires sociales. Adrien Tixier fut nommé ministre de l’Intérieur en septembre 1944 dans le Gouvernement provisoire de la République française du général de Gaulle, fonction qu’il conserva jusqu’à janvier 1946. Sa tâche consista à rétablir la légalité républicaine dans une France désorganisée. Il révoqua notamment nombre de responsables de la police et de l’administration qui avaient collaboré avec l’occupant nazi. Cosignataire de l’ordonnance du 4 octobre 1945 instituant la Sécurité sociale, il créa, au ministère de l’Intérieur, la Direction de la surveillance du territoire (DST) et les Compagnies républicaines de sécurité (CRS). Il fut ensuite député socialiste de la Haute-Vienne à la Première Assemblée nationale constituante. Il a présidé le Conseil général de la Haute-Vienne. Il mourut lors d’une opération chirurgicale visant à extraire un projectile logé dans son crâne depuis 1914.


Commentaires

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?