MOCKY Jean-Pierre (Jean-Paul Adam Mokiejewski : 1929-2019)

cimetière du Prieuré-Noir de Saint-Prix (95)
vendredi 6 novembre 2020
par  Philippe Landru

Réalisateur, scénariste, acteur et producteur de cinéma, son œuvre compte plus de soixante longs métrages et quarante épisodes de série pour la télévision.

Il débuta en tant qu’acteur au cinéma et au théâtre. Il joua notamment dans Les Casse-pieds (1948) de Jean Dréville, Orphée (1950) de Jean Cocteau ou Le Gorille vous salue bien (1957) de Bernard Borderie. Mais c’est surtout en Italie qu’il devient célèbre, notamment grâce à son rôle dans Les Vaincus de Michelangelo Antonioni.

Après avoir travaillé comme stagiaire auprès de Luchino Visconti pour Senso (1954) et de Federico Fellini pour La strada (1954), il écrivit un premier film, La Tête contre les murs (1959) et projeta de le réaliser lui-même, mais le producteur préféra confier cette tâche à Georges Franju. Il passa à la réalisation l’année suivante avec Les Dragueurs (1959). Dès les années 1960, il toucha un vaste public avec des comédies déjantées comme Un drôle de paroissien (1963) ou La Grande Lessive (!) (1968). Après Mai 68, il se tourna vers le film noir avec Solo (1969), dans lequel il montra un groupe de jeunes terroristes d’extrême gauche, puis L’Albatros (1971), qui dénonçait la corruption des personnalités politiques.

Dans les années 1980, il renoua avec le succès avec un film dénonçant, un an avant le drame du Heysel, les dérives de certains supporters de football (À mort l’arbitre, 1984) puis une comédie dénonçant les hypocrisies autour du pèlerinage de Lourdes (Le Miraculé, 1987). Dans les années 1990 et 2000, ses films rencontrèrent moins de succès mais Jean-Pierre Mocky continua de tourner avec autant d’enthousiasme.

Son cinéma, souvent satirique et pamphlétaire, s’inspire généralement de faits de société. Il travailla avec peu de moyens et tourna très rapidement. Il a notamment tourné avec Bourvil (Un drôle de paroissien, La Cité de l’indicible peur, La Grande Lessive et L’Étalon), Fernandel (La Bourse et la Vie), Michel Simon (L’Ibis rouge), Michel Serrault (douze films dont Le Miraculé), Francis Blanche (cinq films dont La Cité de l’indicible peur), Jacqueline Maillan (cinq films), Jean Poiret (huit films) et avec les vedettes Catherine Deneuve (Agent trouble), Claude Jade (Bonsoir), Jane Birkin (Noir comme le souvenir), Jeanne Moreau (Le Miraculé) et Stéphane Audran (Les Saisons du plaisir).

Il repose avec ses parents.


Merci à Lorenzaccio pour la photo.


Commentaires