Les cimetières de Berlin

lundi 11 février 2008
par  Philippe Landru

Faire le tour exhaustif des cimetières de Berlin est une gageure : la ville en compte 341, plus ou moins proches du centre, mais qui sont administrativement rattachés à Berlin.

Les spécificités des cimetières allemands

Il y a plusieurs raisons à cette multitude de cimetières : contrairement à la plupart des grandes villes occidentales, il n’y eut pas de centralisation au sein de grandes nécropoles périphériques (du moins pas avant le XXe siècle). Ainsi, la quasi totalité des cimetières berlinois, même les plus fameux, est de taille modeste. Berlin garda ses cimetières paroissiaux qui existent toujours et sont toujours utilisés. Autre phénomène qui joua un grand rôle dans cette conservation : l’extrême morcellement religieux faisant que chaque communauté possédait son cimetière et l’entretenait. Ces cimetières, dont certains datent du XVIIe siècle, constituent donc les éléments les plus anciens de cette ville qui a subit tant de dommages et de transformations. Ces dommages sont visibles sur les tombes : les impacts de bombes y sont très nombreux, qui témoignent que les nécropoles n’ont pas été épargnées. Les restaurations furent néanmoins habiles.

Les cimetières allemands se caractérisent par une alliance réussie entre nature sauvage et domestication. Le romantisme, né en grande partie en Allemagne, a fortement marqué l’aspect paysager des cimetières : la nature y est omniprésente, sous forme de pelouses, d’arbres nombreux (en particulier des conifères) et de compositions déposées par les familles (ainsi, en période de Noël, les tombes sont recouvertes de branchages de sapins, disposés de manière élégante jouant sur les dégradés de verts).

JPEG - 56.7 ko
Intérieur des carrés : tombes éparses et végétation abondante

Contre les murs des cimetières se dressent généralement des monuments anciens, plus imposants, sur lesquels se concentre l’essentiel de la statuaire.

Contrairement à la France, il n’existe pas de dalles affreuses en simili marbre qui font de nos cimetières des « parkings à concessions » : la stèle, même simple, y est privilégiée. En outre, les tombes sont éparses. Les tendances nouvelles voient se généraliser des caveautins cinéraires formant des ensembles harmonieux, qui n’empêchent pas l’érection de stèles.

Une première approche déconcertante

Ce très grand nombre de cimetières déconcerte. Ils sont souvent regroupés, séparés uniquement par quelques murs, formant à l’intérieur de la ville des « enclos paroissiaux » dans lesquels chaque communauté a « son » cimetière.

Leur nom est aussi une source de confusion : si vous cherchez un cimetière, vous devez non seulement connaître son nom, mais également et surtout la rue dans laquelle il se trouve. Effectivement, certaines nécropoles portent le même nom (ainsi, il existe cinq Jerusalem und neue Kirche friedhofen) : elles sont numérotées et on y associe le nom de la rue pour mieux les identifier.

Une remarquable promotion du patrimoine funéraire

On ne peut que se sentir honteux et frustré, en tant que Français, lorsque l’on revient de Berlin. Là où la France est incapable de tenir une politique appropriée dans ce domaine, continuant à nier l’aspect patrimonial pourtant essentiel des cimetières, et ne considérant ces lieux que dans une logique économique, les Allemands ont tout compris.

- Tout d’abord, chaque cimetière berlinois possède à son entrée un panneau explicatif autrement plus fourni que nos pauvres listes (non remises à jour). Ceux-ci sont en outre illustrés par une iconographie de qualité, souvent ancienne, et présentent un plan précis actualisé. Cerise sur le gâteau, ces panneaux sont souvent en plusieurs langues, permettant aux visiteurs étrangers de faire connaissance avec le lieu.

- Les tombes sont remarquablement entretenues. Les plus anciennes sont même protégées par des abris.

- Toutes les tombes des personnalités majeures des cimetières sont indiquées par des briques les signalant au regard.

- Dans la plupart des cimetières, les tombes des célébrités (de premier plan, mais également de second ordre) sont signalées par des panonceaux indiquant en quelques lignes les dates et qualités de la personne inhumée.

- Enfin, et ce n’est pas rien, chaque cimetière possède une brochure fournie (en vente entre 2 et 4 euros) qui présente les photographies et les biographies de l’ensemble des célébrités inhumées. On regrettera seulement qu’elles n’existent qu’en allemand.

-  En outre, il existe une très riche bibliographie sur les cimetières de Berlin. On trouve dans les librairies de nombreux titres. On citera la « Bible » pour n’importe quel taphophile à Berlin : le Lexicon Berliner Grabstätten, qui date de 2005, et qui repertorie l’ensemble exhaustif de toutes les tombes des célébrités dans les 341 cimetières berlinois !

Ce volume de 607 pages possède également une riche iconographie.

Les principaux cimetières de Berlin

Tous les cimetières berlinois possèdent leur lot de célébrités. Pour un Français évidemment, la plupart d’entre-elles nous sont inconnues, même si elles jouissent en Allemagne ou à Berlin d’une notoriété importante. Lors de ma visite, j’ai donc privilégié les cimetières dans lesquels se trouvaient des personnalités ayant un écho en France. Ils correspondent à l’évidence aux plus fameuses nécropoles de la ville :

- le Dorotheenstädtisch-Friedrichswerderscher Friedhof I est le plus fameux cimetière de Berlin, son Père-Lachaise en quelque sorte, même si sa taille réduite n’a rien à voir avec son homologue parisien. On y trouve une très grande concentration de « stars » et de mausolées intéressants. C’est dans ce cimetière que furent inhumés les philosophes Hegel, Fichte et Herbert Marcuse, l’écrivain Bertold Brecht, l’architecte Schinkel (auquel on doit un grand nombre de bâtiments prestigieux de la ville) ou encore le sculpteur Johann Gottfried Shadow (auteur du quadrige de la porte de Brandebourg). Situé sur la Chausseestrasse, il jouxte le petit cimetière évangélique des Français (Französischer Friedhof I) qui ne manque pas d’intérêt.

- A l’extrémité nord de la ville, l’Invaliden Friedhof fut le cimetière d’honneur des dignitaires militaires de la Prusse puis de l’Allemagne : un très grand nombre d’entre eux dirigèrent les guerres contre la France. Autre particularité intéressante : il perdit une grande partie de sa superficie lors de la construction du Mur, dont un large morceau demeure ici.

- A quelques encablures de l’Invaliden, la Liesenstrasse abrite quatre cimetières qui se jouxtent : le Dorotheenstädtischer Friedhof II, le Französischer Friedhof II, le St. Hedwig-Friedhof I et le Dom friedhof I. Eux aussi étaient bordés par le Mur, dont certains pans se dissimulent encore entre les tombes. Certains, abandonnés durant cinquante ans, sont ensevelis sous une végétation débordante qui leur donne un charme fou. Dans le Französischer Friedhof II se trouve la tombe de l’écrivain Théodor Fontane.

- L’Alter St. Matthäus Friedhof est une charmante nécropole dans le centre de la ville qui abrite la tombe des célèbres conteurs, Jacob et Wilhelm Grimm. Il possède de nombreux monuments intéressants.

- L’Alter jüdischer Friedhof fut le premier grand cimetière juif de la ville, en activité entre 1672 et 1827. Il fut détruit en 1943 par les Nazis et il se présente aujourd’hui sous la forme d’un parc dont émergent quelques rares témoignages de son ancienne affectation. Il n’a plus qu’une seule tombe, celle, restaurée, du philosophe Moses Mendelssohn.

- Le Jüdischer Friedhof im Prenzlauer Berg prit sa place à partir de 1827 : il demeure, quoique très endommagé, et l’abondante végétation qui recouvre les tombes n’est pas sans lui donner des airs qui rappellent le cimetière juif de Prague ou ceux de Budapest. On y trouve les tombes du compositeur Giacomo Meyerbeer et du peintre Max Liebermann.

- Central également, l’ensemble formé par les quatre Jerusalems und Neue Kirche friedhofen, où reposent les écrivains Adalbert von Chamisso, Ernst Theodor Amadeus Hoffmann (auteur de célèbres Contes), le compositeur de la Marche nuptiale, Frédéric Mendelssohn-Bartholdi, ou encore l’architecte Carl Langhans, à qui l’on doit la porte de Brandebourg.

- Les cimetières de Dreifaltigkeits friedhof I et II, le Friedrichswerderscher friedhof II et l’Alter Luisenstadt friedhof forment un autre ensemble contigu de nécropoles qui possèdent de nombreux mausolées massifs anciens. L’historien Theodor Mommsen et le politicien Gustav Streseman y reposent.

- A la périphérie Ouest de la ville, près du stade olympique se trouve le cimetière paysager du Waldfriedhof Heerstrasse : l’abondante végétation, le lac en son centre, apportent une quiétude au lieu apte à réconcilier les plus hermétiques aux ballades dans les cimetières. Parmi les nombreuses célébrités du lieu figurent les peintres Georges Grosz et George Kolb, la cantatrice Frida Leider ou plus récemment l’acteur Horst Buchholz.

- La périphérie Est abrite le Zentralfriedhof Frederichsfelde, lui aussi aménagé de manière paysagère. Des plaques très pratiques permettent d’arpenter ses 28 hectares afin d’y admirer ses monuments principaux. Il devint le cimetière privilégié des élites communistes de la RDA, aussi y trouve-t-on un vaste mémorial dans lequel se trouvent les tombes ou cénotaphes des principales figures politiques du socialisme allemand, tels Rosa Luxembourg, Karl Liebnecht ou Walter Ulbricht.

- Au Sud, le charmant et bourgeois Friedhof Schöneberg III est visité car il est le lieu de repos de l’actrice Marlène Dietrich, rejointe récemment par le photographe Helmut Newton.

Plus excentré vers le sud, d’un abord malaisé sans voiture se trouvent également deux autres cimetières sans aucun doute intéressants que je n’ai pu visiter :
- le Waldfriedhof Zehlendorf, où repose l’ancien chancelier Willy Brandt.
- la vaste nécropole du Südwest Friedhof Stahnsdorf dans laquelle se trouvent les tombes du cinéaste Friedrich Wilhelm Murnau et de l’ingénieur et industriel Werner von Siemens.

Pour compléter cette liste, on notera les lieux d’inhumation d’autres célébrités en dehors des cimetière : l’Institut Robert Koch, au nord de la ville, qui abrite son tombeau, la cathédrale de Berlin (Dom) et le Mausoleum du château de Charlottenbourg, où se partagent les tombeaux des Hohenzollern (l’Empereur Guillaume Ier est dans le second), ou encore le site isolé du tombeau d’Heinrich von Kleist, dans le quartier de Wannsee.


Commentaires

Logo de Clau83
Les cimetières de Berlin
mercredi 29 novembre 2017 à 10h15 - par  Clau83

Bonjour,

Je suis à la recherche de tous les renseignements nécessaires concernant le cimetière militaire de Dieskau :

* lieu exacte par rapport à Berlin ?
* y a t’il la possibilité de s’y rendre en transport en commun et dans ce cas quel arrêt correspond au cimetière .... ou faut-il obligatoirement prendre un taxi ?
* heures d’ouverture,
* etc...

Je voudrai m’y rendre au printemps sur la tombe de mon grand-père.

Petite précision mais bien importante : je ne parle pas du tout allemand :-(

Merci à ceux qui voudront bien me renseigner.

Logo de Daniel Azuelos
Les cimetières de Berlin
vendredi 4 novembre 2016 à 11h17 - par  Daniel Azuelos

Il me semble qu’il fallait mentionner le grand cimetière juif de Weissensee dans le quartier de Pankow où sont enterrées les grandes figures du judaïsme allemand comme le philosophe Hermann Cohen et bien d’autres encore. Il est peut-être un peu excentré, mais cela vaut la peine de s’y promener. Je crois que c’est le seul cimetière juif de Berlin en activité.

Site web : Daniel 06/09/1947
Logo de Robin
Les cimetières de Berlin
mardi 15 décembre 2009 à 13h52 - par  Robin

Rectificatif :

Il ne faut pas lire Frédéric mais Félix Mendelssohn !

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?