BRIVE-LA-GAILLARDE (19) : cimetière Thiers

Visité en août 2019
jeudi 29 août 2019
par  Philippe Landru

Il existe trois cimetières à Brive (Thiers, Estavel, Fournade). Celui de Thiers est le plus ancien et on y enterrait dès la fin du XVIIIe siècle. Il est donc assez naturellement le cimetière patrimonial de la ville. Il est pourtant fort méconnu et aucune information ne filtre sur le net.

Je tiens ici à remercier l’ensemble du personnel du cimetière qui m’a bien aidé dans mes recherches et a été fort aimable. Ce n’est pas le cas dans tous les cimetières : cela mérite d’être signalé.


Curiosités


- L’imposant mausolée Meaume, en face de l’ancienne chapelle qui sert désormais de conservation, porte sur son fronton une série de sentences issues de l’Imitation de Jésus-Christ destinées à vous revigorez, surtout si vous visitez le cimetières une fin de journée pluvieuse en novembre ! Je ne peux m’empêcher de les retranscrire.

Le matin, pensez que vous n’atteindrez pas le soir /
Le soir, n’osez pas vous promettre de voir le matin /
La fin de tous est la mort. La vie des hommes passe comme l’ombre /
Approchez de cette fosse, regardez ces ossements blanchis et déjoints : voici tout ce qui reste ici-bas d’un homme que vous avez connu peut-être /
Si aujourd’hui vous n’êtes pas prêt comment le serez-vous demain ? /
Demain est un jour incertain : savez-vous si vous aurez un lendemain ? /
Si vous aviez une bonne conscience, vous craindriez peu la mort /
Heureux celui à qui l’heure de sa mort est toujours présente /
C’en sera fait de vous bien vite ici-bas : l’homme est aujourd’hui et demain il a disparu : et quand il n’est plus sous les yeux il passe bien vite de l’esprit.

- Peu d’œuvres d’art dans ce cimetière, mais de vieux tombeaux subsistent.

JPEG - 44.1 ko
Bas-relief signé Louis Froidefond

JPEG - 33.3 ko
Robert Fadat, mort en 1916 à Verdun à 29 ans, est statufié en soldat sur la tombe de famille.
JPEG - 42 ko
Dans la tombe de l’abbé Demeny, une descente de croix.


Célébrités : les incontournables...


Aucune


... mais aussi


- Le lieutenant-colonel Joseph GERMAIN (1865-1906). Dans le cadre de la conquête coloniale de l’Afrique et aux côtés de Marchand, dont il fut le second, il participa à la mission Congo-Nil entre 1896 et 1899 .Il commanda notamment la deuxième équipe de la mission qui assura le convoyage du transport Faidherbe jusqu’au Nil.

- le chanteur du groupe Licence IV, Olivier GUILLOT (1953-1993), qui connut le succès en 1987 avec leur tube Viens boire un p’tit coup à la maison. Il fut tué lors d’un accident de voiture.

- Le Compagnon de la Libération André LALANDE (1913-1995). Engagé dans les FFL, il participa à la libération de l’Italie, débarqua en Provence et remonta jusqu’à l’Alsace. Il participa ensuite à la guerre d’Indochine (il fut fait prisonnier à Dien Bien Phu) puis à celle d’Algérie, où il fut fait général.

- Le Compagnon de la Libération Roger LESCURE (1912-2009). Cafetier de profession, il mit à disposition à partir de juin 1941 son établissement au parti communiste clandestin. Arrêté en tant que communiste en avril 1943, il s’évada et continua de soutenir la lutte. Fin octobre 1943, il fut envoyé en Dordogne pour organiser puis diriger à Fanlac une école qui formait les officiers et sous-officiers de la Résistance intérieure française. Il mit en place la libération de la région.

- Léonard-Philippe RIVET (1768-1853) : préfet de Dordogne, de l’Ain puis du Cher, il fut député de la Corrèze de 1831 à 1837. Il fut fait baron d’Empire. Son fils Jean-Charles, qui fut également préfet et député, repose au Père Lachaise.

- Thérèse SIMONET (1886-1951) : figure importante à Brive, cette infirmière créa en 1929 le groupe folklorique « les Pastourelles du bas-Limousin », qui existe encore, et dont le but est de faire vivre la langue, la musique, les chants, les danses traditionnelles de la région.

- Le Compagnon de la Libération Roger TOUNY (1922-1991). Engagé dans les FFL, il participa aux campagnes en Afrique, en Syrie, puis en Libye et en Tunisie. Intégré dans la 2DB, il participa au débarquement en Normandie. Il fut grièvement blessé à Strasbourg.


Commentaires

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?