NARBONNE (11) : Flânerie autour des célébrités narbonnaises parfois oubliées

Article de l’Indépendant - 02 novembre 2011
jeudi 3 novembre 2011
par  Philippe Landru

Alors que chacun file droit dans les allées du cimetière vers le caveau de sa famille, un pot de chrysanthème dans les bras, il est bon de laisser filer le temps, et de flâner autour des tombes anciennes, dont les noms gravés font ressurgir des figures locales.

C’est à Cité et Bourg, les deux plus anciens cimetières de la ville que reposent la plupart des célébrités de la ville, exception faite de Charles Trenet, enterré au cimetière de l’Ouest à Crabit.

A Cité, Ernest Ferroul reposait sous l’obélisque dédié aux victimes de 1907 avant que sa dépouille ne rejoigne ses ancêtres dans le caveau familial de Mas Cabardès. C’est dans ce cimetière que repose Louis Madaule, le créateur de l’entreprise éponyme, et fondateur de Narbonne-Plage, ainsi que d’autres maires, dont Adrien Nonier et Paul Philoctète, adjoint, et Hubert Mouly. Toujours à Cité reposent des scientifiques célèbres comme Lucien Clément Bichambis, ingénieur hydrologue et l’oenologue Flanzy, père de la macération carbonique. Parmi les tombes impressionnantes, celle, immense de la famille Baïsset, rappelle le souvenir du président de la dynamique confrérie des jardiniers, au temps où Narbonne était ceinturée de verdure.

Parmi les noms célèbres aujourd’hui oubliés, les Gerbaud, dont le caveau est rongé par l’érosion, fondateur d’un des plus gros négoces français de vins. Les caveaux familiaux évoquent de tragiques destins, celles des résistants Gabriel Pelouze, et Achille Lacroix (dont le buste en bronze est désormais au lycée), morts en déportation, ou encore la tombe de la famille de Benjamin Crémieux, mort à Dachau. Autre médecin, autre figure, celle du fin lettré Paul Duplessis de Pouzilhac, inhumé à Bourg, non loin, celle d’Hippolyte Faure, administrateur des Hospices.

Et puis, au détour d’une allée, il n’est pas rare de tomber sur un caveau en déshérence, dont les plaques de marbre sont aujourd’hui muettes. Quels destins sont-ils ensevelis ? Quels qu’ils soient, ces anciens nous insufflent une paix intérieure à travers cette promenade insolite au coeur de la ville.


Commentaires

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?