CESTAS (33) : cimetière de Gazinet

Visité en juillet 2019
samedi 10 août 2019
par  Philippe Landru

Face à l’entrée du cimetière de Cestas se trouve un monument commémorant la mémoire de treize membres du corps-franc « Marc », morts pour la France, fusillés, morts en déportation, morts au combat ou encore assassinés par la Gestapo bordelaise.

« Marc » était le nom de résistant de Lucien NOUAUX (1921-1944). Refusant de partir au STO, il chercha en vain à rejoindre la Résistance via l’Espagne. C’est finalement à Lyon qu’il se réfugia. Là, il devint rapidement un des animateurs d’un corps-franc, menant des coups de main et diffusant des journaux clandestins entre Lyon et Toulouse. Il participa à environ cent cinquante actions (sabotages de lignes de chemin de fer, d’installations électriques, etc.). Pourchassés par la Gestapo, il rejoignit Bordeaux avec mission des MUR d’y réorganiser la Résistance locale. De mars à juillet 1944, les hommes du corps-franc Marc commirent de nombreux sabotages et attentats. Ils assurèrent également des réceptions de parachutages d’Angleterre.

A la suite d’une trahison, il tomba à son tour en juillet 1944 dans une souricière. Blessé par balles, il est emmené dans les locaux de la Gestapo au Bouscat. Ayant conservé une arme sur lui, il profita qu’on lui retirait ses entraves pour faire feu : les Allemands l’abattirent sur-le-champ. À titre posthume il fut fait chevalier de la Légion d’honneur et Compagnon de la Libération.

Ce n’est pas sous le monument, mais dans une tombe du cimetière qu’il repose.

La croix centrale du cimetière nous permet d’apprendre que ce cimetière fut ouvert en 1939.


Commentaires

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?