SALENGRO Roger (1890-1936)

Cimetière de l’Est de Lille
jeudi 26 juin 2008
par  Philippe Landru

Membre de la SFIO du Nord, il succéda à Gustave Delory comme maire de Lille en 1925, poste pour lequel il fut réélu jusqu’à sa mort. Député socialiste à partir de 1928, il devint en 1936 ministre de l’Intérieur du Front populaire de Léon Blum : c’est lui qui annonça la signature des Accords de Matignon.

La lutte qu’il entama contre les ligues en firent la cible numéro un des journaux d’extrême droite, tels l’Action française ou Gringoire, qui lancèrent une campagne de diffamation, accusant Salengro d’avoir déserté en 1916. Bien que cette accusation ait été reconnue comme infondée, la calomnie continua de plus belle, poussant Salengro au suicide. Son cas (celui d’un ministre victime d’un lynchage médiatique et poussé au suicide) a été rappelé lors du suicide de Pierre Bérégovoy.


Retour au cimetière de l’Est de Lille


Commentaires

mon commentaire
jeudi 2 juin 2011 à 02h56

Je ne connaissais pas non plus cet homme bien qu’ayant arpenté de nombreuses fois des rues portant son nom et je l’ai découvert moi aussi dans une rediffusion du téléfilm didactique et émouvant ou Donadieu interprétait son personnage.
Je ne suis presque pas étonné par les attaques qu’il a subit car cela est le lot d’une certaine politique et presse française.
Mais ce qui est le plus terrible c’est le côté toujours actuel de son combat et des calomnies qu’il a du endurer.
Je suis désolé de le dire mais en 2011 il y a tout autant de méchancetés gratuites et de diffamations mensongères.
Dans quel domaine ? eh bien cherchez un peu en ce qui concerne les minorités religieuses en France. On a même réussi à les faire dénigrer d’une partie de la population en les affublant d’un titre raciste.
Oui, cherchez vraiment car s’émouvoir du passé c’est très bien mais éviter de reproduire les mêmes injustices dans le présent et l’avenir, c’est mieux ...

Logo de Cellou
SALENGRO Roger (1890-1936)
mardi 31 août 2010 à 00h48 - par  Cellou

Je ne connaissais pas non plus l’homme, sinon par des rues qui lui étaient dédiées, et j’ai voulu savoir ce qu’il était et avait fait à cette époque du front populaire.
Emouvante et magnifique interprétation de Donadieu dans la peau de ce personnage.
Il marqua son époque par les accords de Matignon pour les premiers congés payés que la France ait connus.
Brisé par la calomnie d’une certaine presse et de l’extrême droite, il préféra se donner la mort pour garder son honneur, car il avait compris que faire face ou se taire devant des ’loups affamés’ par la haine, rien ne pouvait lui rendre justice.
Ce sont ceux-là les plus vulnérables, ceux qui servent la France avec honnêteté, droiture et pugnacité, mais que pour faire face à l’infamie et l’abjection, ils en sont impuissants.
Par ce petit article, je voulais lui rendre un dernier hommage, certes un tardif mais sincère, pour l’homme qu’il fut et qu’il servît son pays avec sincérité.

Logo de Colette Posé
SALENGRO Roger (1890-1936)
lundi 30 août 2010 à 22h22 - par  Colette Posé

Je ne connaissais ni l’homme ni l’« affaire » et c’est le téléfilme diffusé ce 30 août qui m’incite à m’informer !

Je suis profondément touchée et révoltée !

Ainsi par bêtise, pure méchanceté, des hommes s’acharnent....s’associent ....pour être encore plus forts ! contre un seul !

Que faire contre cela ? Roger Salengro le dit très bien ! Répondre ? se taire ? l’une ou l’autre option ne change rien : la calomnie est en marche !

et le plus triste, c’est qu’à quelque niveau que ce soit, la calomnie est un jeu auquel l’Homme joue toujours !

Merci à la Cinq de m’avoir fait connaître cet HOMME !

Navigation

Articles de la rubrique