CAMBACÉRÈS Jean-Jacques Régis de (1753-1824)

Père-Lachaise - 39ème division
dimanche 17 février 2008
par  Philippe Landru

Avocat de formation, il est issu de la noblesse de robe.

Membre de la Convention, du Comité de Sureté général puis de celui de Salut public (qu’il dirigea), il s’y fit connaître pour ses connaissances juridiques et fut charger de coordonner la rédaction du Code civil, ce qui n’aboutit qu’en 1804. Membre du conseil des Cinq-Cents, il négocia la paix avec l’Espagne. En tant que ministre de la Justice, il appuya le coup-d’Etat du 18 brumaire.

Il devint alors second consul, en remplacement de Sieyès. Nommé prince-archichancelier lors de la proclamation de l’Empire, il dirigea l’administration et assura la présidence du Sénat et du Conseil d’Etat lors des déplacements de l’empereur. Il mena alors une vie fastueuse. Il est fait duc de Parme.

Il est exilé en Belgique après la chute de Napoléon. Sa carrière politique est alors terminé. Il put cependant revenir à Paris en 1818.

Son homosexualité était notoire, et on considère que c’est l’une des raisons pour laquelle contrairement aux codes de loi de l’époque, le Code civil ne pénalise pas l’homosexualité. On raconte à ce sujet une anecdote sympathique, un mot prêté à Napoléon : alors que Cambacérès arrivait en retard, disant qu’il avait été retenu par des dames, Napoléon lui aurait dit : « Quand on est attendu par l’Empereur, on dit à ces dames de prendre leur canne et leur chapeau et de foutre le camp ».


Retour au cimetière du Père-Lachaise


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique