MONTPEZAT-DE-QUERCY (82) : collégiale Saint-Martin et cimetière

visité en août 2021
mercredi 15 décembre 2021
par  Philippe Landru

Le cardinal Pierre des Prés, issu des seigneurs de Montpezat et proche de plusieurs papes d’Avignon, voulut disposer d’une église funéraire pour reposer à sa mort dans son village natal. Il fit construire la collégiale Saint-Martin, remarquable témoin de l’architecture gothique méridionale, consacré en 1343 et privée d’une partie de son clocher en 1794.

Dans le chœur se trouvent les stalles du XVe siècle et les cinq tapisseries des Flandres du début du XVIe siècle offertes par Jean IV, évêque de Montauban et représentant divers épisodes de la vie de Saint-Martin. Ces tapisseries sont d’une valeur exceptionnelle, non seulement en raison de leur état de conservation, mais également du fait qu’elles se trouvent toujours à l’emplacement exact et dans l’édifice pour lequel elles ont été commandées, cas fort rare.

Un habile rideau actionné électriquement permet à la fois d’admirer la tapisserie mais également de la protéger.

Dans le chœur sont également placés deux gisants.

- A droite celui de Pierre des Prés (ca1280-1361) en marbre blanc. Favorisé par le pape français Jean XXII qui utilisa ses compétences juridiques sur plusieurs procès d’évêques visant à assassiner le souverain pontife, il grimpa les échelons de la carrière ecclésiastique : évêque de Riez en 1318, cardinal en 1320, vice-chancelier de la Sainte-Église en 1325 ; il devint un des principaux personnages de la Curie. Il fut chargé de la réforme des statuts de l’université de Toulouse en 1329, et du règlement des conflits avec les frères mineurs et participa à deux conclaves qui élirent les papes Benoît XII et Innocent VI. Sa carrière diplomatique culmina quand il fut légat apostolique auprès des rois Philippe VI de Valois et Édouard III d’Angleterre pour négocier la trêve de Malestroit (1343) au moment de la guerre de succession de Bretagne. Il assista comme légat au couronnement de l’empereur Charles IV. En 1358 il fonda la collégiale Saint-Pierre d’Avignon. Il mourut de la peste.

- A gauche celui de son neveu, Jean des Prés (+1353), qui fut évêque de Coimbra en 1333, puis évêque de Castres en 1337.

En poursuivant la rue qui passe derrière la collégiale, on arrive rapidement, en contrebas, au cimetière de la commune.

JPEG - 46 ko
La collégiale vue du cimetière.

On y trouve les tombes de :

- Albert DAILLE (1879-1941) : vétérinaire, maire de Montpezat de 1925 à sa mort, il fut député radical-socialiste de Tarn-et-Garonne de 1933 à 1940.

- L’infirmière Marie-Antoinette ORCIVAL (1920-1945), qui fut arrêtée en mai 1944 par les soldats SS de la division Das Reich qui avaient investi Montpezat-de-Quercy en représailles contre des sabotages perpétrés par la Résistance. Torturée pour avoir des informations (elle ne dit rien), déportée à Ravensbruck, elle en fut évacuée à l’approche des Américains et mourut de la tuberculose à l’hôpital de Hambourg. Inhumée là-bas, son corps fut rapatrié et inhumé dans son village en 1947.


Photo Orcival : Bertrand Beyern.


Commentaires

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?