SYLVESTRE Anne (Anne Marie Beugras : 1934-2020)

cimetière de Saint-Eusèbe (71)
vendredi 8 janvier 2021
par  Philippe Landru

Elle aura marqué des générations d’enfants (et d’adultes). Auteure, compositrice et interprète, elle fut une artiste très populaire dans les années 1960 et 1970 en France, grâce à ses chansons et son engagement féministe. Elle débuta sa carrière à la fin des années 1950 dans des cabarets parisiens de la rive gauche, comme au Trois Baudets, où elle se produisit jusqu’au début des années 1960. Son premier disque, Mon mari est parti, sortit en 1959. La qualité de ses textes lui valut d’être comparée à Georges Brassens, qui l’appréciait beaucoup. C’est en octobre 1962 qu’elle sortit son premier album pour enfant, les célèbres Fabulettes, empreintes de valeurs morales, de tolérance et d’écologie.

Dès lors, elle mena deux carrières séparées, précisant même dans mes contrats qu’elle ne chanterait jamais les Fabulettes sur scène. Pendant toute sa carrière, elle s’intéressa aux faits de société, et notamment à la condition des femmes, revendiquant le terme de chanteuse « féministe », qui fut parfois lourd à porter.

Elle était la fille d’Albert Beugras (1903-1963), collaborateur bras droit de Jacques Doriot pendant l’Occupation, qui repose sans doute dans ce cimetière sans que je sache s’ils partagent le même tombeau ; la sœur de la romancière Marie Chaix, qui fut la secrétaire de Barbara ; et la grand-mère du musicien Baptiste Chevreau, âgé de 24 ans, qui fit partie des 90 victimes de l’attentat du Bataclan en 2015 (il ne repose pas ici mais au cimetière de Vézannes, dans l’Yonne).


Merci à Loïc Le Stoïque pour la photo.


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique