Clermont-Ferrand (63) : Plongée dans les secrets du cimetière des Carmes de Clermont-Ferrand

Article de Lamontagne.fr - 05 novembre 2017
mercredi 8 novembre 2017
par  Philippe Landru

Les onze hectares du cimetière des Carmes, le plus grand de Clermont-Ferrand, recèlent de références antiques et mythologiques et de grands noms de l’histoire locale. Les tombeaux en pierre de Volvic reflètent aussi les changements sociaux au fil du temps.

Ses allées sinueuses, ses stèles en pierre de Volvic et ses tombeaux majestueux font presque de lui un musée à ciel ouvert. Le cimetière des Carmes, qui a fêté ses 200 ans l’an dernier, a été créé suite à la décision de l’administration royale, avant la révolution, d’interdire les inhumations à l’intérieur des lieux de culte, pour des raisons évidentes de salubrité. Avec ses 11 hectares et ses 6.000 concessions, il est le plus grand de Clermont-Ferrand et l’un des seuls de France à être traversé par un cours d’eau, la Tiretaine.

Les familles bourgeoises du XIXe siècle faisaient appel à des architectes ou des ferronniers d’art pour le tombeau de leurs proches. La symbolique y était primordiale : des piliers avec des pieds en pattes de lion pour la force, un serpent pour la fécondité et la vie éternelle, des sabliers ailés pour le temps qui passe ou des statuettes de pleureuses pour le deuil...

Le cimetière des Carmes a surtout un caractère historique et social. « Alors qu’au XIXe siècle, les tombeaux étaient ostentatoires et montraient la richesse des défunts, ils se sont appauvris et sont devenus plus sobres après la seconde guerre mondiale », estime Daniel Lamotte, guide conférencier de l’office du tourisme et co-auteur d’un livre sur le lieu.

Les tombeaux de la partie ancienne sont faits de pierre de Volvic, le matériau noble de l’époque. La pierre de Volvic était idéale pour un tombeau chrétien. D’abord pour sa couleur, le noir, qui est celle du deuil, mais aussi parce qu’elle est très résistante, aucun acide ne peut l’attaquer

De nombreuses personnalités de l’histoire locale reposent au cimetière des Carmes. Le long des 108 allées, on croise les tombeaux d’Alexandre Varenne, des grands industriels comme Marcel Michelin et Paul Chibret. Ou encore les stèles de la famille Blatin (ci-dessous), dont celles d’Antoine et de Jean-Baptiste-Antoine Blatin, deux maires de Clermont-Ferrand au XIXe siècle.

Henri Gourgouillon, le sculpteur de la statue du pape Urbain II sur la place de la Victoire ou de la façade du théâtre de Clermont-Ferrand repose aussi au cimetière des Carmes. Pour honorer sa mémoire, la Ville avait d’ailleurs réalisé une sculpture en bronze de son portrait, installé sur sa tombe. Mais impossible de l’observer aujourd’hui, l’œuvre a été volée.


Commentaires

Logo de Martial Lacour
Clermont-Ferrand (63) : Plongée dans les secrets du cimetière des Carmes de Clermont-Ferrand
jeudi 29 mars 2018 à 10h32 - par  Martial Lacour

Dans le cimetière des Carmes on peut voir la tombe du musicien clermontois Georges Onslow (1784-1853) compositeur de musique de chambre dit « le Beethoven français », il fut très célébre au XiXème siècle et admiré par Berlioz en particulier . Malheureusement il est aujourd’hui quasi oublié et peu joué.

Logo de H. Lallmant
samedi 31 mars 2018 à 08h04 - par  H. Lallmant

Merci pour cette information ! Rassurez-vous, Onslow est régulièrement au programme de France Musique et parfois même Radio Classique.

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?