SAINT-DYÉ-SUR-LOIRE (41) : cimetière

Visité en janvier 2011
lundi 27 février 2017
par  Philippe Landru

Trois artistes, dans un même caveau, nous attendent dans le petit cimetière de Saint-Dyé-sur-Loire.

- Leonor FINI (1908-1996), native de Buenos-Aires, partageait son temps entre Paris, Saint-Dyé et la Corse. Arrivé en France en 1937, elle se lia très vite d’amitié avec les artistes du courant surréaliste dont Salvador Dali ou Max Ernst, refusant toutefois d’intégrer formellement le groupe et de se soumettre à ses contraintes. Dès 1939, elle exposa aux États-Unis et au début des années 50, elle devint l’une des artistes les plus en vogue de Paris. Introduite dans le monde du spectacle par Suzanne Flon, dont elle était l’amie, elle créa aussi des décors et des costumes pour le cinéma, les ballets et le théâtre, entre autres, de John Huston, Balanchine, Roland Petit ou Jean Genet. Passionnée de littérature et de poésie, elle illustra plus d’une cinquantaine d’ouvrages dont les œuvres de Baudelaire et Edgard Poe ou Histoire d’O de Pauline Reage. Elle adorait les chats, possédait de superbes persans, les a beaucoup dessinés et peints. Son oeuvre se compose de portraits, de visages, de compositions d’hommes mais surtout de femmes, de drapés aux transparents subtils, de couleurs et de chats…

- Stanislao LEPRI (1905-1980), qui fut son compagnon, était un diplomate italien avant de se lancer dans la peinture. Il fut l’un des maîtres de la peinture visionnaire fantastique du siècle dernier.

- Constantin JELENSKI (Konstanty A. Jeleński : 1922-1987) : écrivain, traducteur et essayiste polonais émigré en France en 1940, il fut actif dans les milieux littéraires de l’émigration polonaise. Ses publications critiques, ses traductions et ses ouvrages abordent un large éventail de domaines littéraires, politiques et artistiques : il fut en particulier l’un de ceux qui fit connaître en France de Witold Gombrowicz. Il devint l’amant de Leonor Fini. En réalité, Leonor adorait Jelenski mais celui-ci était épris de Stanislao Lepri. Ils vécurent une relation à trois jusqu’à la fin de leurs vies.

JPEG - 44 ko
Le « trouple » : Lepri, Jelenski et Fini

Leonor Fini avait été attirée à Saint-Dyé par le photographe Henri Cartier-Bresson dont la famille possédait plusieurs propriétés sur la commune. Un caveau Cartier-Bresson se trouve aussi dans le cimetière.


Commentaires

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?