NEUVILLE-SAINT-VAAST (62) : Nécropole nationale de la Targette

Visité en décembre 2015
mercredi 20 janvier 2016
par  Philippe Landru

Visite au petit matin avec une lumière et une brume incroyable !

Le 9 mai 1915, l’armée française lance une offensive d’envergure contre les positions allemandes situées sur les collines de l’Artois. La prise de Neuville constitue un objectif majeur avant de reprendre pied sur la crête de Vimy. Du côté allemand, le village est protégé par quatre lignes de défense et chacune de ses 150 maisons transformée en forteresse hérissée de canons et de mitrailleuses. A la sortie du bourg, le « Labyrinthe », avec ses kilomètres de tranchées flanquées de fortins et de blockhaus, constitue une position considérée comme imprenable. Les Français le conquièrent morceau après morceau, au terme d’une lutte acharnée qui dure jusqu’au 17 juin 1915 et coûte la vie à des milliers d’hommes. Neuville Saint-Vaast entre leurs mains n’est plus qu’un amas de ruines.

En mars 1916, les Britanniques relèvent la 10e armée française dans le secteur d’Arras et les Canadiens prennent en charge celui de Vimy. Ils entament alors un minutieux travail préparatoire à un assaut futur qui vit notamment l’aménagement d’un vaste réseau de douze tunnels, débouchant sur les lignes allemandes. Le 9 avril 1917, malgré les bourrasques de neige, les 4 divisions canadiennes partent à l’assaut de la crête de Vimy. Au lieu-dit Aux-Rietz, la 2ème Division canadienne suit les opérations depuis son quartier général avancé et ses unités d’artillerie y soutiennent l’avancée des soldats sur la crête. Un tiers des soldats inhumés au La Targette British Cemetery ont appartenu aux forces d’artillerie qui ont participé à cet assaut ou qui en ont par la suite assuré la défense.

Le cimetière La Targette s’étend sur 44 525 m² et comprend 12 210 corps dont 11 443 Français de la guerre 1914-1918 dont 3 882 en deux ossuaires. Il comprend également au titre de la guerre 1939-1945, 593 Français, 4 Polonais, 170 Belges dont 169 en ossuaire. Il a été créé en 1919 et aménagé les années suivantes.

En 1956 y furent regroupés les corps de militaires et de Résistants de la Deuxième Guerre mondiale dans le Pas-de-Calais. Près du cimetière français, le cimetière britannique se remarque de par ses deux élégants mausolées indiens.

Parmi la lancinante liste des victimes, deux noms se détachent :

- René GÂTEAUX (1889-1914), jeune mathématicien doué qui préparait une thèse sur l’analyse fonctionnelle, il fut tué par une mitrailleuse alors qu’il avait été mobilisé sur le front. Très tôt, on se rendit compte de l’intérêt de ses travaux : un prix de l’Académie des Sciences lui fut attribué de manière posthume. Aujourd’hui, le nom de Gateaux est resté dans le vocabulaire mathématique pour la différentielle de Gateaux.

- Paul NIZAN (1905-1940) : c’est durant ses études secondaires à Paris au lycée Henri- IV qu’il fit la connaissance de Jean-Paul Sartre. Reçu à l’École normale supérieure en 1924, il se lia aussi d’amitié avec Raymond Aron. Sur le plan politique, Paul Nizan chercha sa voie, participant en 1925 au Faisceau de Georges Valois, premier parti fasciste français aux accents syndicalistes-révolutionnaires. En 1926-1927, il partit comme précepteur pour Aden, au Yémen. Peu après, il adhéra au parti communiste et épousa Henriette Halphen (1907-1993), une cousine de Claude Lévi-Strauss, dont il eut 2 enfants, dont la future épouse d’Olivier Todd. Agrégé de philosophie, la publication en 1931 de son premier ouvrage, Aden Arabie (qui débute par les phrases devenues célèbres : J’avais vingt ans. Je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie.) lui permit de se faire un nom dans le milieu littéraire et intellectuel. En 1932, il publia Les Chiens de garde, réflexion sur le rôle et la temporalité de la philosophie qui prenait la forme d’un pamphlet dirigé contre ses anciens maîtres, en particulier Henri Bergson et Léon Brunschvicg.

Les années 30 le voient s’engager auprès du parti communiste : tentative malheureuse à la députation, intervention dans plusieurs parutions du parti, séjour d’une année en URSS, participation au premier congrès de l’Union des écrivains soviétiques où il est également chargé d’organiser le séjour d’écrivains amis, tels André Malraux, Louis Aragon... Sa rupture est d’autant plus violente, suite à la signature du pacte germano-soviétique qu’il dénonce. Il fut tué au début de la Seconde Guerre mondiale, lors de l’offensive allemande contre Dunkerque.


Commentaires

Logo de rosine
NEUVILLE-SAINT-VAAST (62) : Nécropole nationale de la Targette
samedi 17 novembre 2018 à 09h45 - par  rosine

A Neuville st Vaast, non loin de là, sur le hameau de la Targette , en bordure de la nationale Arras Béthune, vous avez dû voir l’immense cimetière allemand. Très impressionnant aussi.

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?