Anet (28) : Diane de Poitiers retrouve son tombeau

Article du Figaro - 29/05/2010
dimanche 30 mai 2010
par  Philippe Landru

La dépouille de la duchesse Diane de Poitiers, favorite du roi Henri II, a regagné aujourd’hui la chapelle sépulcrale du château d’Anet, dans l’Eure-et-Loir, 215 ans après la profanation de son cercueil par des révolutionnaires en 1795.

Le petit cercueil de Diane de Poitiers et des deux enfants qui étaient originellement enterrés avec elle, a quitté le cimetière communal transporté sur une voiture attelée de deux chevaux.

Le défilé, composé d’élus et de personnes vêtues de costumes de l’époque, a traversé les rues de la ville, précédé de deux cavaliers de la garde républicaine et de la famille de l’actuel propriétaire du château, Jean de Yturbe et ses invités, dont la duchesse de Kent, sous les applaudissements des habitants. Le maire (UMP) d’Anet, Olivier Marleix, a rappelé l’attachement de sa commune à Diane de Poitiers.

L’historien Franck Ferrand a dénoncé dans son éloge funèbre, « un crime qu’il nous appartient de réparer, commis par des révolutionnaires qui se définissaient comme patriotes ». Le recteur de la cathédrale de Chartres, le père Dominique Aubert, a ensuite présidé la cérémonie dans la chapelle du château et prié « pour la reconduction de l’âme » de Diane de Poitiers puis l’a confiée à Notre-Dame de Chartres.

Le cercueil noir souligné d’un liseré or, portant les croissants de son emblème, a ensuite été reposé plusieurs mètres sous terre dans le caveau profané en 1795.
Après son décès en 1576 à 66 ans, Diane de Poitiers, symbole de la beauté française de la Renaissance, avait été embaumée et inhumée dans la chapelle du château d’Anet, dans un tombeau construit par ses deux filles.

Deux siècles plus tard, des révolutionnaires arrivés de Dreux, ont pénétré dans la chapelle et ont ouvert le sarcophage. Après leur départ, deux femmes du village ont rassemblé les restes d’ossements et les ont transportés vers la fosse commune, aujourd’hui située dans le cimetière de la petite ville de 3.000 habitants.


Commentaires

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?